"Des parents qui savent quand dire non c'est des parents qui mettent des limites, et c'est rassurant"


Résumé de l'épisode :

Introduction : Janick Biselx-MenĂ©trey discute avec EloĂŻse, une petite fille de sept ans, sur sa relation avec ses parents. EloĂŻse partage des rĂ©flexions fascinantes sur le lien familial, la libertĂ© et les limites parentales. Dans cet article, nous allons explorer l'importance des limites dans l'Ă©ducation des enfants et comment celles-ci contribuent Ă  leur bien-ĂȘtre.

Les liens familiaux et la notion de lien : Dans leur conversation, Janick et EloĂŻse explorent la signification des liens familiaux. EloĂŻse comprend que les liens sont ce qui relie les membres d'une famille, mĂȘme lorsque l'on n'est pas physiquement ensemble. Les couleurs dessinĂ©es reprĂ©sentent symboliquement ces liens. Ainsi, EloĂŻse se sent connectĂ©e Ă  ses parents, mĂȘme lorsqu'ils ne sont pas prĂ©sents physiquement.

Les parents comme créateurs et personnes aimées : Eloïse exprime son amour pour ses parents en expliquant qu'elle les aime parce qu'ils l'ont créée. Pour elle, les parents sont des personnes aimées qui occupent une place spéciale dans sa vie.

La complexitĂ© des relations familiales : Janick aborde ensuite la question des enfants qui n'aiment pas leurs parents. EloĂŻse estime qu'il est possible que certains enfants n'aiment pas leurs parents, peut-ĂȘtre parce qu'ils ont peur d'eux ou parce qu'il se passe des choses difficiles dans leur famille. Elle reconnaĂźt la chance d'avoir des parents aimants et bienveillants.

Les parents qui perdent leur Ă©toile : Janick utilise une mĂ©taphore de l'Ă©toile pour expliquer pourquoi certains parents peuvent parfois ĂȘtre sĂ©vĂšres ou perdre patience. Lorsqu'ils sont submergĂ©s par le stress ou oublient leur Ă©toile intĂ©rieure, ils peuvent rĂ©agir de maniĂšre nĂ©gative. EloĂŻse comprend que les parents qui tapent leurs enfants ont oubliĂ© leur Ă©toile et qu'ils ont besoin d'aide pour se rappeler qu'ils sont aimants.

Les limites parentales : La discussion se poursuit sur l'importance des limites que les parents fixent Ă  leurs enfants. EloĂŻse reconnaĂźt que les parents doivent poser des limites pour le bien-ĂȘtre des enfants. Elle explique que si les parents disent toujours oui Ă  tout, cela peut crĂ©er des problĂšmes, car il est essentiel de savoir dire non lorsque quelque chose est dangereux ou inappropriĂ©.

La libertĂ© encadrĂ©e : EloĂŻse comprend que la libertĂ© totale n'est pas souhaitable, mĂȘme Ă  l'Ăąge adulte. Elle mentionne qu'Ă  19 ans, elle ne pourra pas conduire Ă  100 km/h dans une zone oĂč la limite est de 70 km/h. Cela montre qu'Ă  chaque Ă©tape de la vie, il y a des rĂšgles Ă  respecter pour le bien de tous.


“Un parent parfait, ça n’existe pas” c’est sur ce postulat que Janick Biselx-MenĂ©trey, mĂ©diatrice familiale et coach de vie Ă  Martigny, construit “PARENTALITÉ au PRÉSENT”.

🎧
Podcast proposĂ© tous les dimanches matins Ă  7h (une semaine sur deux gratuitement), il bĂątit un espace oĂč les cƓurs s’ouvrent, les chemins de vie se dĂ©roulent et la simplicitĂ© enveloppe Ă  son Ă©coute.

Au travers des histoires de chacun·e·s, les schĂ©mas longtemps restĂ©s logĂ©s dans l’inconscient sont mis en lumiĂšre, les dĂ©fis de la vie accueillis avec curiositĂ© et prĂ©sence permettant de sortir des tabous familiaux.

Au fil des Ă©pisodes, les rĂ©cits de chacun·e·s nous apprennent que nous sommes “assez” et nous inspirent Ă  vivre et laisser vivre avec confiance.

Ou s'abonner et recevoir les Ă©pisodes gratuits sur:
Spotify | Youtube | Apple Podcasts | Google Podcasts | Email


đŸ·ïž
Sujets abordĂ©s durant cet Ă©pisode: 7 ans, le lien, si on est pas Ă  cĂŽtĂ© on est toujours ensemble, triste lorsque je ne vois pas maman, dĂ©mĂ©nagement, sĂ©curitĂ© apportĂ©e par maman, Ă©toile en nous, soucis coups Ă©nervement, bagarre entre frĂšre, j'ai envie d'ĂȘtre petite et d'ĂȘtre grande Ă  la fois, libertĂ©, autonomie, limites des parents, prĂ©sence Ă  soi pour ĂȘtre prĂ©sent Ă  l'autre, quand maman me manque je pense au lien, accompagnement avec Janick, intuition, respiration, prĂ©sence, centrage, mĂ©ditation, quand je joue au bĂ©bĂ© mon frĂšre s'occupe mieux de moi, autonomie, lĂ  oĂč va ta pensĂ©e va ton Ă©nergie, reprendre du pouvoir en mettant un soleil dans mon ventre,

Lire la transcription de l'Ă©pisode

[Texte généré automatiquement]


Bonjour, c'est Janick de Parentalité au Présent. Je me réjouis de te retrouver le 29 janvier à 20 h dans le premier rendez vous de discussion. Tu as envie de participer, que ce soit silencieusement ou en amenant tes questions, tes réflexions. Alors rendez vous sur Parentalité au Présent com pour t'inscrire et je t'enverrai toutes les informations nécessaires. A bientÎt.


Qu'en est. Ultra facile. Jamais. A part jamais. Jamais. Jamais. Jamais eu un parent. Jamais. Jamais crié sur nom quatre. Une fois. Mais il y a jamais un parent qui a pas cliqué sur son enfant. Bonjour.


Je suis Janick Biselx-Menétrey, médiatrice familiale diplÎmée. Je suis passionnée par le lien relationnel. Je vous propose aujourd'hui Parentalité au Présent, un recueil d'histoires plurielles pour une étape de vie singuliÚre. Aujourd'hui, j'ai le plaisir de recevoir. Eloïse Bonjour Eloïse, Bonjour. Quel ùge tu as ?


EloĂŻse sept ans.


Sept ans. Est ce que tu aimerais me raconter quel lien tu entretiens avec tes parents ? Est ce que tu comprends cette question ? Non. C'est quoi un lien ?


Euh. Je crois que c'est un lien. Euh par exemple. En mĂȘme temps.


On est de la mĂȘme famille. Oui, tu te rappelles, c'est les couleurs qu'on avait dessinĂ©es l'autre fois. Les liens, hein, Tu te rappelles ? Tu te rappelles ? Tu te rappelles de quoi ? De ce qu'on a parlĂ© la derniĂšre fois ?


Bien des couleurs qui nous donnent des liens. Et mĂȘme si on est pas Ă  cĂŽtĂ©, on est quand mĂȘme ensemble.


On est quand mĂȘme sans monnaie. Toujours reliĂ©s.


Oui.


Oui. Qu'est ce tu penses de ça ?


Bien, bien.


C'est bien. Tu as fait comment ? C'est bien Pourquoi ?


Parce que comme tu dis Moklo, juste Ă  penser au lire.


Oui, toi, il te manque des fois maman.


Ouais.


Tu veux me raconter pourquoi elle te ment ? Qu'est ce qui se passe dans ta famille ?


Et par la. Semaines parce qu'ils travaillent arnaques hommes et puis ça peut il est brutal, ça prend le top. Il y a beaucoup de travail sur la route de justice, alors ça prend leur temps à la valeur de celle là bas. Puis elle dort là bas alors je peux pas avoir la semaine et peut pas avoir l'impression.


Et toi, ça te fait quoi de pas avoir ta maman quand elle travaille ?


C'est jour triste d'ĂȘtre triste. Ouais.


Du coup là, cette semaine, t'as essayé de faire un petit peu ce qu'on avait discuté la derniÚre fois par rapport aux couleurs, par rapport aux liens, oui, t'as fait quoi ?


Je lui ai envoyé le lien joint.


Tu lui envoyé le lien jaune puis qu'est ce qui s'est passé ?


J'ai senti qu'elle m'en a renvoyé.


Ça te fait quoi alors du coup quand tu sens ça du bien, ça te fait du bien et t'as Ă©tĂ© moins triste. Ça a Ă©tĂ© mieux ou bien ça a quand mĂȘme Ă©tĂ© encore difficile cette semaine.


Quand mĂȘme un petit peu difficile, mais quand mĂȘme beaucoup mieux.


Beaucoup mieux. Bon alors comment c'est en fait pour toi les parents ? C'est quoi pour toi les parents ?


Ben c'est. Quelqu'un que j'aime parce que c'est eux qui m'ont créé.


Tu aimes ton papa, tu aimes ta maman parce que c'est eux qui t'ont créé.


Oui.


MĂȘme. C'est tout.


Ben aussi parce que j'Ă©tais zen, parce que c'est mes parents.


Est ce que tu penses que quand il y a tous les enfants qui aiment leurs parents ?


Non.


Ah, t'en connais toi qui n'aiment pas leurs parents ? Euh. Non, t'en connais pas. Et en mĂȘme temps, tu sais qu'il n'y a pas tous les enfants qui aiment leurs parents.


Oui parce que tu m'as dit que tu m'avais dit en cours que il y a pas tout. J'aime leurs parents.


Mais pourquoi est ce que. Est ce que. Qu'est ce qui pourrait. Peut ĂȘtre que je t'avais dit que tu avais de la chance d'avoir des gentils parents, c'est ça ? Ouais, ouais, c'Ă©tait peut ĂȘtre ça qu'on parlait en fait non. Maintenant, je me rappelle ce que je t'ai dit, c'est que t'avais une chance Ă©norme. Parce que quand maman elle Ă©tait pas lĂ , C'est qui qui s'occupe de toi ?


Papa ? Puis papa ? Ashley Mais il y a des parents qui donnent leur maman qui sont pas lĂ  et ils aiment pas leur papa ou.


Ils ont peur de leur papa parce qu'il se passe des choses un peu difficiles. C'est ça qu'on discutait l'autre fois, que moi je disais Oh Eloïse, elle a une chance extraordinaire parce que bah oui, c'est un petit peu difficile. Maman, elle est. Elle fait quoi comme travail ? Ta maman ? Elle est doctoresse et il arrive encore juste travailler encore quelques semaines ou sinon un peu aprÚs ça ira mieux, il viendra plus prÚs.


Hum hum. Mais oui, ce week end elle part, elle repart pas. Ah.


Elle a congé ce week end ?


Ouais, non, ce week end et la semaine prochaine alors ? Congé ? Parce qu'on va commencer à déménager à Rabat ?


Rolala, t'es contente ?


Oui.


Tu vas déménager ou.


Juste la maison d'à cÎté ?


Euh voilà, ça va, ça ne change pas beaucoup.


Non mais je rĂȘve ! Oui, mais c'est un design rĂ©novĂ© alors c'est pas hyper nouveau, mais c'est quand mĂȘme. On a quand mĂȘme beaucoup changĂ©.


C'est tout neuf quand mĂȘme dedans.


Oui, parce que c'Ă©tait fait il y a trĂšs longtemps. Mon papa, c'est mĂȘme pas la date. Euh parce que Sweety, c'est comme ça, il est mort avec papa. Par contre. Si quand il devait. Aller Ă  l'hĂŽpital puisqu'il avait peur des docteurs, il voulait pas y aller.


Oh !


Puis aprĂšs il Ă©tait Ă  l'hĂŽpital Ă .


C'est quoi pour toi un bon parent ?


Euh. Bah quelqu'un que j'aime et que j'ai pas peur de cette personne.


Oui en fait, comment tu pourrais avoir peur de ta peur de certains adultes ? Oui c'est vrai.


Si c'est pas bizarre, y'a bien un petit moment que j'ai un peu peur, mais aprĂšs je m'habitue bien. J'ai peu.


Si tu les connais pas. Et puis il y aurait d'autres raisons qui t'effraie, qui ferait que t'as peur des adultes.


Des fois, si je suis toute habillée juste je suis ta maman et Niall qui vient chercher. Peur parce que ils ne sont pas en sécurité.


Tu te sens en sécurité ? Puis il y a d'autres situations bien aussi.


Maman, elle a parlé avec mon fils. Il y a une veilleuse qui vient. Et puis moi j'ai peur parce que. Et il ne connaßt pas. Et je ne sais pas si il va, je ne sais pas ce qu'il va me faire.


Ouais, tu sais pas si c'est quelqu'un de bienveillant en fait. C'est ça que tu dis.


Raison de plus pour ĂȘtre gentille. Par exemple, si j'ai perdu une maman. Une fois, j'avais perdu maman et il y avait cette gentille dame que je connaissais pas, qui m'a aidĂ©e et qui m'a aidĂ©e Ă  trouver ma maman.


Tu l'avais perdue ? Tu Ă©tais oĂč ?


J'Ă©tais Ă  une place. Je sais pas quand elle s appelle temple. Pile le sept pour faire un truc. De communion. Un truc.


Chappuis C'Ă©tait Ă  l'Ă©glise.


Non pas une communion, mais. Un truc pour ĂȘtre Suisse et puis basta. On Ă©tait en Suisse et pis moi j'ai. Il y fait un petit endroit oĂč on pouvait aller boire et moi je demandais comment je peux y aller voir Paradis parce qu'on est dĂ©jĂ  allĂ© deux fois. Elle a dit de toi je vais pas avec toi parce que tu sais le faire. Je suis allĂ©e, puis je me suis perdue.


Oh lĂ  lĂ  !


Et puis aprĂšs je suis repassĂ©e oĂč elle Ă©tait et je me rappelle plus. Je me rappelais plus comment ça s'appelait DĂ©sert, parce qu'elle Ă©tait oĂč il y avait les desserts. Alors quand je suis allĂ©e, je l'ai pas trouvĂ© parce que j'ai pas trouvĂ© oĂč il y avait les desserts alors. J'ai marchĂ©. En essayant toujours de trouver maman. Et puis tout Ă  coup, cette dame, elle a dit Ils sont tes parents. Et j'ai dit Je sais pas oĂč elle est, maman. Alors elle m'a amenĂ© la dame qui avait un grand micro, et elle a dit Tiens, et puis elle m'a demandĂ© comment elle s'appelait, ma maman. Et elle a dit Oh lĂ  lĂ  ! Car elle s'appelait. Et aprĂšs elle a dit C'est bien. Alors, la dame, elle m'a rappelĂ© ramenĂ©e oĂč il y avait maman, et ben je l'ai remerciĂ© et aprĂšs j'ai pu retrouver la tĂ©tĂ©e soulagĂ©e.


Un AĂŻe aĂŻe aĂŻe aĂŻe aĂŻe !


Si cette dame. J'Ă©tais contente qu'elle m'avait dit.


Ah ben oui, ça c'est sûr.


Mais si c'est le contraire, ben j'ai toujours peur qu'elle me mette dans une voiture pire Ă  me. Porter un couteau. Je sais, je sais. Mais cet homme est gentil parce que quand tout le monde est tout autre parler. Mais elle m'a vu, Pierre, elle a demandĂ© oĂč il Ă©tait.


Elle a vu que tu perdu.


Ouais.


Mais ce que.


J'ai dit à madame, vous pouvez m'aider parce que tous les autres j'osais pas. Mais lui rusé je sais pas pourquoi, les autres j'osais pas y aller, j'osais pas. Il ne se moque pas.


Elle est inspirée, elle est inspirée. Elle te disait qu'elle était gentille, c'était juste de la regarder, juste de la regarder. Toi, tu sentais que c'était une gentille dame, c'est ça ?


Hum. Et ça me donne envie de la gratter.


Si ce n'est pas encore le cas et que le cƓur vous en dit, soutenez ParentalitĂ© au PrĂ©sent en devenant un AbonnĂ©s contributeurs. Ainsi, vous recevrez un nouvel Ă©pisode toutes les semaines et accĂ©derez Ă  un espace de discussion oĂč nous Ă©changeons autour des divers thĂšmes abordĂ©s avec mes invitĂ©s. Rendez vous sur ParentalitĂ© au PrĂ©sent com pour en savoir plus. Qu'est ce qui doit faire tes parents pour ĂȘtre de bons parents ?


Ben est trĂšs gentil avec moi.


Toujours gentil ?


Non, il a juste le mal ĂȘtre des baffes.


Ça veut dire quoi ĂȘtre gentil avec toi ?


Ben de pas. Ne pas m'Ă©nerver, par exemple me tirer les cheveux. Viens me passer un croquis.


D'accord ? Et tu crois que tes parents ? Mais tu connais des parents qui croquent ? Ça, c'est ça ! C'est les ogres qui croquent, hein ?


Je suis pas un con.


Moi, Un petit pois, une petite ogre. Donc en fait, pour ĂȘtre gentil, les parents ils doivent pas taper leurs enfants. C'est ça que t'es en train de dire ?


Ouais ben il peut, mais lĂ  tu vas lui annoncer par Ă  tu vas pas, donc tu vas avoir des paroles pas Ă .


Pourquoi tu crois qu'il y a des parents qui tatouent ? Tu penses que ça existe ? Ces parents qui tapent les enfants ? Oui oui. Mais pourquoi tu penses qu'il tape leurs enfants ? Ses parents ?


Parce qu'ils sont fùchés, oui, contre leurs enfants.


Que contre leurs enfants.


Contrer aussi. Des fois ils sont contre, ils sont fùchés contre eux qu'ils ont fait quelque chose de pas bien. Et puis tout d'un coup. Ils veulent taper un autre truc mais ils ont pas deux balles ou un truc. Alors il tape leurs enfants sans faire exprÚs, mais des voisins faisant exprÚs parce qu'ils sont fùchés.


Oui, des fois quand on est pas bien, quand on est fùché, on devient plus nerveux en train de dire oui. Et quand on devient plus nerveux, on a beaucoup moins de patience.


Ouais, bien. On tape.


On tape tes parents. Ça leur arrive d'ĂȘtre nerveux des fois.


Ouais mais.


Alors.


Ça m'est jamais arrivĂ©.


Mais à ton avis, qu'est ce qui fait la différence entre tes parents et d'autres parents ?


On connaßt mieux, je les connais mieux et que je les aime et qu'ils m'ont pas tapé.


Oui.


Jamais de la vie.


T'as de la chance, t'es chanceuse.


Sont toujours lĂ .


Ouais. Tu veux que moi j'ai une petite idée pour pourquoi il y a des parents qui tapent pis des parents qui tapent pas ? Tu veux que je t'explique ? Oui oui, tu sais, on a parlé de l'étoile. Tu veux expliquer c'est quoi la petite étoile quand on.


A une Ă©toile ? On nous dit que si il y a quelqu'un par exemple qui nous embĂȘte. Ben on respire et on sent l'Ă©toile en haut. On a tous une diffĂ©rente Ă©toile, on a jamais la mĂȘme. Et cette Ă©toile, elle nous fait briller, briller, briller, mais que si on est content, si on n'est pas content. On est tout gris, on sent pas notre Ă©toile ni qu'on la voit.


On l'oublie.


Comme si elle n'existait pas.


Oui donc en fait, comment tu fais quand t'as ? Quand t'as oublié que t'avais en étoile et que tu deviens toute grise ? Comment tu fais pour redevenir toute brillante ?


Respire.


Tu respires et tu te rappelles que tu as une Ă©toile en toi.


Ouais.


Et ben tu vois, pour les parents, c'est la mĂȘme chose. Les parents tapent leurs enfants, ce sont des parents qui ont oubliĂ© qu'ils avaient une Ă©toile en eux. Et oui, tu comprends ?


Oui.


Et il y a, il y a tous les soucis noir et gris qui prennent toute la place. Et du coup, ça fait un tellement gros stress qu'il n'arrive plus. Il n'arrive plus à faire différemment que de s'énerver. Ils sont tout le temps énervé.


Oui, et puis. C'est jamais rythmé. Tous, jamais leur étoile.


De quoi tu dis ?


Epist V. Et puis, s il y en a.


Oui, ils ont. Ils ont oublié. En fait, ils savent pas. Tu vois ?


Ouais.


Ils savent pas. Ils savent pas qu'il y a personne qui leur a appris.


Ce qu'on moi qui c'est comment mĂȘme Ă©tonnant.


Peut ĂȘtre qu'il y a d'autres personnes qui ne savent aussi.


Parce que ils ont. Respirer.


Il avait quoi quand il fait ça ?


Du bien.


Ça fait du bien, ça fait du bien ou.


La au ventre partout. Comme si tu laissais un pot de. Potion magique. Contente sur toi, entiĂšrement sur ton corps.


Ah ça c'est trop cool ! Alors tes parents, ils sont toujours contents avec toi, Ils sont toujours gentils.


Ben non, des fois je pense que tu ne peux pas. Il n'y a pas de parents qui ont jamais crié sur.


Leurs enfants à. Ça, tu penses que ça n'existe pas ? C'est ça que tu dis ? Ok. Plutît Tu es toujours gentil avec tes parents ? Non, non, non plus. Donc tu penses qu'est ce qu'il y a des enfants ? Est ce que c'est possible qu'il y ait des enfants qui soient toujours gentils ? Non, non.


Non. Pas. Une fois la maßtresse, elle a demandé Est ce qu'il y a un de vous tous, tous de ces enfants de la classe ? Car j'aime tellement les humains qu'ils ont levé la main et elle a dit Va te battre, y a personne. De la vie entiÚre qu'il l'a déjà fait.


Et tu en penses quoi ? Tout avait tout avait levé la main.


Non, non, parce que je savais que j'avais déjà énervé quelqu'un.


C'était déjà énerver quelqu'un. Tu te rends compte quand tu énerve les gens, toi ?


J'ai. Et bien. J'ai une copine. Lever la main. Mais pourquoi ? Elle m'a déjà énervé.


Tu lui a dit.


Et Oh oui ! Et puis elle a dit Mais je savais pas. J'avais oublié.


Elle s'était pas rendu compte, c'est ça ? Ouais mais toi tu te rends compte par contre.


Bah oui, parce que il y avait eu le matin énervé quelqu'un, puis c'était le matin. Alors je vais bien.


Mais qu'est ce qui fait qu'on est nerveux ? Qu'est ce qui se passe pour que t'Ă©nerves les gens ?


Et bien on en a envie.


Attends, oui, tout d'un coup. Agacé ?


Bah non mais des fois je dis juste parce que des fois on l'aime pas.


Alors on aime pas quoi. T'aimes pas la personne ?


Ouais, mais Ă  part moi. Juste des fois. On n'aime pas la personne alors. Un essaye de pas ĂȘtre gentille pour essayer parce qu'on croit que ça va aider pour que eux ils louent. Ils ont peur de nous et ils nous regardent pour lui. Il nous Ă©nerve plus. Hmmmm.


Et toi, ça t'arrive souvent D.


De faire quoi ?


D'Ă©nerver les autres ?


Oui, moyennement. Moyenne.


Puis ça te fait rigoler.


Non. Je dis juste un sourire.


Ça c'est juste Ă  sourire, quoiqu'en Ă©nervent les autres. Qu'est ce qui te disent les autres ?


Bah arrĂȘte.


ArrĂȘte plutĂŽt. Écoute tout de suite. Ou bien des fois ça prend du temps.


Ça dĂ©pend.


Ça dĂ©pend.


Ça dĂ©pend. Sur mon frĂšre.


Ça va. Comment ça, ça va ?


Dans le temps ? Je l'Ă©coute, mais des fois c'est ça qu'on dit trois fois qu'il le dit. Euh j'arrĂȘte parce que je suis fĂąchĂ© sur lui.


Ça t'arrive souvent d'ĂȘtre fĂąchĂ© sur ton frĂšre ou.


Hum.


Que. Qu'est ce qui fait que tu te fĂąche avec ton frĂšre ?


Des fois j'ai un jouet, puis lui, je pense qu'il va jouer bien. Des fois je joue calmement, qu'il vient m'embĂȘter, alors je suis fĂąchĂ©.


Alors qu'est ce qui se passe du coup quand t'es fùché comme ça ?


Florent.


Tu l'embĂȘte ? Mais tu fais comment pour l'embĂȘter ?


Ben si, je. Une fois mon grand nom, je regarde mon mobile tous les jours. C'est la mĂȘme chose chez eux. Puis ils ont rigolĂ©.


À.


Cause d'un public, alors c'était rigolo et ça les a pas énervé. Alors aprÚs ils ont continué de faire, puis ça nous a fait rigoler aussi.


Ah bah ça, ça va alors ça c'est ça, c'est des fois ça se termine bien hein ?


Ouais, bon.


Ça c'est plutît bien, mais quand ça se termine mal, qu'est ce qui se passe aprùs ça ?


Que vous ayez une grosse colĂšre ? Et bien priĂšre Maman et papa qui sont arrĂȘtes, j'avoue, c'est pas.


Cette vie lĂ . Qu'est ce qui se passe ? T'arrĂȘte tout de suite ou bien.


On se sĂ©pare puis on arrĂȘte, puis aprĂšs nous remettre dans un pied et on est tout content.


Bon bah ça.


Va, ça arrive aussi. Oh bah ils disent qu'il faut arrĂȘter de parler alors on parle plus le matin. On est tout content, on se bagarre plus et des fois on rappelle de ce qu'il y avait. Alors il est. Il est. Il commence. Il bagarre.


Il a pas oublié, non ? Donc il continue la bagarre aprÚs. Mais toi t'as oublié, c'est ça ? Oui. Aïe aïe aïe.


J'ai complĂštement oubliĂ©. Puis le matin, suis tout content de voir Isaac quand antislash la Ă  qu'Isaac dans mon lit. Puis ça c'est toi. Y'a quoi ? C'Ă©tait pas. J'Ă©tais pas content. Parce que j'aime bien. Parce que moi j'ai envie d'ĂȘtre petite alors. Et j'arrive Ă  faire la bourde qui est rĂ©elle. Je fais ça, puis aprĂšs un certain temps, et bien je pige. Cette fois, il y a quoi ? Petit bĂ©bĂ© qui se mit Ă  rigoler, puis aprĂšs lui, il s'est mis en colĂšre parce que j'ai cru qu'il disait like, que j'Ă©tais un petit dĂ©lice.


Totem. Bien joué aux petits bébés.


Ouais.


Hmmmmm.


Parce que.


Toi t'as envie d'ĂȘtre.


Plus petit et j'ai envie de tĂ©ter. J'ai envie d'ĂȘtre grande alors.


Oh mais alors comment va faire ?


Ben je sais pas, j'avais envie d'avoir six ans, mais j'ai aussi et j'ai aussi avoir envie d'avoir 19 19 ans.


Et puis en mĂȘme temps t'as dit que t'avais sept ans, c'est juste qu'il a envie.


D'en avoir si.


Tu as envie d'avoir six ans. Mais aujourd'hui Ă  sept ans, oui, c'est juste.


Parce.


Pourquoi c'est mieux d'avoir six ans que sept ? Parce que tu dis t'es plus petit et c'est pourquoi c'est mieux d'ĂȘtre plus petite.


Personne parce que c'est cool. J'aime l'Ă©cole mais c'est aussi cool de pas de d'ĂȘtre plus petit parce que je peux parler comme un chien. J'arrive Ă  faire en anglais parce que je parle anglais Ă  la maison. Dans un livre, c'est un autre petit bĂ©bĂ©. Comment tu comprends celle ci ?


Oui. C'est par rapport Ă  l'Ă©cole que tu aimes. Tu aimerais ĂȘtre plus petite, c'est ça ?


Non parce que il y a une Ă©cole.


Oui.


C'est juste que.


Mais à six ans, à six ans, ça permettait de plus parler à l'école. C'est ça qu'a sept ans ?


Non mais parce que si t'es plus vieille, tu parles. Seize Est on parler normal de parler comme un bébé ? Le grand est plus grand que toi, tu parles comme si tu étais plus grand et puis tu parles plus comme un bébé. Puis tu dois faire ta voix de bébé pour que tu parles comme un bébé.


T'as l'impression qu'on t'écoute plus quand tu parles comme un bébé.


Non, c'est juste que j'aime bien parce que c'est choupi. Isaac comme on s'entend bien dans mon frÚre, c'est rigolo parce qu'il fait comme il est tout gentil avec moi pis ça me fait du bien qu'il soit gentil avec moi.


Et t'as l'impression que quand tu joues au bébé, Isaac qui s'occupe plus de toi, il est plus gentil avec toi, c'est ça ?


Ouais, je sais.


Ah oui. Et en mĂȘme temps tu dis Moi j'aimerais bien avoir 19 ans. Pourquoi 19 ans ?


Parce que. Des grandes. Et puis. Un bel ennemi.


Oui.


Et qui bat. T'es quand t'es un enfant, tu dois ĂȘtre avec tes parents parce qu'autrement tu les manque. Et Ă  19 ans. De plus trop avec. T'es plus avec tes parents parce. Tu es libre d'avoir ce que. Ce que t'as, ce que tu as besoin et ce que tu as envie par exemple de vivre dans une maison jolie ou mieux de vivre dans la maison de tes parents que peut ĂȘtre t'aimes pas. Mais moi je l'aime plus parce que. Qui peut. Acheter des chaussettes, pas des sous cette fois. Oui j'en aie, mais quand mĂȘme moi que tu aurais normalement. Et il a 19 ans. Ca a gardĂ© toutes les ombres ont permis Ă  leur tĂȘte Ă  quand mĂȘme moins de sous, mais en a quand mĂȘme assez pour t'acheter des choses. 18 en disant.


Ça serait cool.


Ouais.


Tu te réjouis de pouvoir faire tout comme tu veux, c'est ça ?


Bah tant que c'est juste, tu peux ĂȘtre libre.


Ouais, d'ĂȘtre libre, ça veut dire quoi ĂȘtre libre pour toi aujourd'hui ? T'es pas libre, t'es libre aujourd'hui ça va, ça va, t'es libre comment je vous dis ?


Bah je suis libre, que j'ai pas besoin d'ĂȘtre en prison.


T'es pas en prison, ça c'est cool.


Et chaque jour c'est comme ça, tu habitats rĂ©ellement libre. Ce que j'ai pas le droit de tu vas par exemple, tu vas pas plus loin que ça, hein, Pas lĂ , hein. Comme moi j'aimerais courir vendre dans un prix que maman me laisse pas. Ou bien j'aime juste. J'adore courir dans les prĂ©s alors que maman a dit je vais pas courir dans les prĂ©s. Tu dois venir sinon monte vers comme c'est comme. Mais je suis pas libre, j'ai envie d'ĂȘtre libre. J'ai envie de courir dans les prĂ©s au dessus de moi. Et puis. Maintenant, c'est l'heure de rentrer. Moi, j'Ă©tais en train de courir dans les champs. Hum.


Ça. T'aimes pas, ça t'agace.


Ouais, parce que j'aime bien ĂȘtre dans les prĂ©s et courir. Être en libertĂ©. Comme si t'Ă©tais quelqu'un qui avait une petite maison, p'tĂȘtre dans les prĂ©s. Pis tu vivais en libertĂ©.


Tu penses que ça serait cool d'avoir une maman qui te laisserait courir dans les prés, faire tout comme tu veux, rentrer à l'heure que tu veux. Ce serait cool. Ou bien ça serait comment ? Par cool ? Ah bon ?


Ben des fois cool, mais des fois pas cool. Agaçant parce qu'il dit oui à tout, mais il dit jamais non.


Ouais.


Ça va ĂȘtre agaçant parce que d'environ 5 Ă  10. Que oui. Alors je peux rentrer. Si elle dit toujours oui, ça devient un garçon. Parce que. Et qui employait les mĂ©thodes. Bien lui Comment J'ai pas envie des fois. Si on peut y aller au McDonald, pourquoi est ce qu'elle va dire une blague ? Et elle va dire non. Mais lui. Pis si j'ai pas envie de quelque chose. Puis elle dit. Elle dit ça, je dis non. Alors elle croit que j'ai dit oui pis c'est toujours un peu ça. Ça peut devenir agaçant, mais ça peut ĂȘtre gentil parce que je peux rentrer Ă  l'heure que je veux et je peux courir dans le champ que je veux.


Et ce serait cool que tu puisses toujours entre alors que tu veux toujours courir dans les champs que tu veux.


Hein. Parce que des fois tu pourrais te dire tiens, tu dis je peux pas aller courir dans un petit champ. Elle dit oui et puis peut ĂȘtre c'Ă©tait une blague.


Mais en fait, ça sert à quoi que les mamans et les papas y posent des limites ? Parce que là, t'es en train de parler de limites. C'est juste.


Ouais oui, parce que en fait. De toujours oui, de toujours dire oui, oui, oui, oui, oui, oui. Qu'est ce qu'on fait ? Si tu demandes on peut acheter un chien ? Oui, allergique aux chiens, on peut pas dire oui. Et puis si.


Je veux manger du chocolat toute la journée. Puis la maman elle dit oui, oui oui oui oui. Parce qu'est ce qui se passe là ?


Je tombe malade, hein ? Pis si je dis. Euh. Je peux te couper avec un couteau. Et puis elle dit oui. Ben il la coupa au couteau. Elle doit y aller Ă  l'hĂŽpital. Oui, je lui dis. Je peux y aller ? Je travaille avec toi. Elle dit oui. Je dis Tu peux y aller Ă  l'Ă©cole avec moi. Elle dit oui. Elle lui dit Tu peux faire une bombe dans la maison. Elle dit oui.


Et tu te sentirais comment ? Elle disait toujours Oui, maman.


Pas bien parce que c'est quelque chose de pas bien. Ce que mon frÚre aime faire des blagues lorsqu'il dit Oh ça c'est une dad maman. Cette fois, tu ne dis pas oui. Oui, oui.


Ce serait aux enfants. Tu penses de dire à maman Ah ben maintenant tu dois dire non, C'est ça que tu es en train de dire ?


Bah si elle continue Ă  dire, c'est un peu casse tĂȘte.


Ce serait toi qui devrait lui dire non, Non mais ça maman, tu dois dire non. C'est ça que tu es en train de dire ?


Ben oui !


Oh ben oui !


Est ce qu'il y a des choses qui sont pas. Euh. Il y a des temps oĂč on doit rentrer Ă  la maison ?


Ah, tu as compris ça toi ? Oui, mais ça agace quand mĂȘme quand maman elle dit faut rentrer.


Oui, mĂȘme que j'ai compris.


Tu peux m'expliquer ? Tu as compris ? Et en mĂȘme temps, ça t'agace toujours.


Ou oui parce des fois je suis en plein ma maison. Pis euh. Tu dois rentrer maintenant ?


Euh. Oui, tu aimerais qu'elle fasse comment alors pour que ça soit plus agréable ?


Ben qu'elle me laisse encore cinq minutes.


Puis tu penses qu'au bout de cinq minutes tu dirais ok, je rentre bien, tu dirais un encore cinq minutes s'il te plait maman, encore cinq minutes.


Je dirais Ok, je rentre.


À Toronto, tu serais trùs raisonnable.


Mon type.


Du temps ? Ah ! Ça dĂ©pend du temps et de l'humeur, c'est ça ?


Ouais, parce que si je suis encore au milieu d'un jeu, je vais rentrer maintenant. Ça fait un mini Jimmy là. Il s'appelait encore dix minutes, il s'appelait t il ?


Et puis alors, à 19 ans, ce sera comment ? Est ce qu'il n'y aura plus de limites ? À 19 ans, tu seras complùtement libre ? Non, Non. Ah bon ? Non.


Tu peux pas. Tu peux pas conduire à 100 à l'heure Quand ça montre qu'il faut aller à 17. J'ai. Il faut y aller à septante, à l'heure.


Oui.


Ou Ă  30 heures.


Donc tu te sens mal. Donc t'es en train de dire que euh, on aura toute la vie, on doit respecter certaines choses, c'est ça ?


Ouais.


Alors du coup, ça sert à quoi des parents quand les parents ils mettent des limites ? Ça sert à quoi à ton avis ?


Par exemple, si je dis elle peut y aller voir la police, dire que toi tu m'as tué. Si elle dit oui, là là, c'est pas bien parce que. Il faut dire oui à du temps. Parce que sinon, s'il faut que nous acheter des choses qui font que dire oui bah là ils ont trop fait parce que là ils ont plus d'argent. Il y a trop dans les chambres, il y a trop. C'est juste. Il y a toujours une limite. Par exemple, j'ai dit je peux avoir des glaces tous les jours, tous les jours et tout le temps. Elle dit Oui, non, malade. Alors, il y a toujours une raison qu'elle dise non.


Oui, mais c'est quoi la principale raison ? À 19 ans, tu seras contente. Pourquoi d'avoir eu une maman qui t'a mis des limites ? T'as une idĂ©e ? Oui, dis moi voir.


Parce que. Je me suis pas fait. Tuer parce que j'ai dit pour une blague Est ce que tu veux me tuer ? Et puis elle dit oui. Alors elle prend un couteau d'un coup, mĂȘme si elle dirait toujours oui oui.


T'es en train de dire que ça veut dire que ça protĂšge les parents qui mettent des limites, ça protĂšge les enfants. Oui, c'est ça que t'es prĂȘt Ă  me dire.


C'est de la sécurité.


Ça donne la sĂ©curitĂ© aux enfants. Et en fait, ce que t'es en train de dire, c'est que, Ă  19 ans, tu auras appris la sĂ©curitĂ© et les limites grĂące Ă  tes parents qui t'ont mis des limites.


C'est ça ? Et je dis ça comme ça, des parents quand mĂȘme.


Voilà. En fait les parents qu'on aime c'est les parents qui mettent des justes limites, c'est ça ? Oui, oui.


Bien c'est trĂšs juste. Mais des fois simples. Il n'est pas oĂč il rentre chez moi. Ah ouais ? Ouais, ouais, ouais.


Et ça c'est un petit peu normal aussi. Qu'est ce que tu penses ? Tu disais avant que ce n'était pas possible de vivre avec des parents sans s'énerver, que ça soit tout le temps, tout le temps, tout le temps, facilement.


Moins. Est. Ultra facile. Jamais. A part jamais. Jamais. Jamais. Jamais eu un parent qui a jamais, jamais criĂ© sur son nom. Peut ĂȘtre une fois, mais y a jamais un parent qui a pas cliquĂ© sur son enfant.


Et en mĂȘme temps avoir un parent qui crie. En admettant que ça existe un parent qui crie jamais sur son enfant, comment tu penses que les enfants y seraient ? Est ce que ce serait ? Est ce que ça serait facile Ă  l'Ă©cole par exemple ?


Non.


Pourquoi ? Non ?


Bah parce que il y a toujours un bruit qu'il fait arrĂȘter. Puis on l'entend mĂȘme pas. Il y a encore du bruit. Puis vient quelqu'un dans ma classe qui est sensible au bruit. Lui doit bien aimer mettre les paniers et tout qui serait pas sympa pour elle si c'est Ă  cause de la maĂźtresse. Hmmm.


Ce que tu es en train de dire, c'est que les parents, quand les parents ils apprennent aux enfants Ă  la maison, c'est quand mĂȘme plus facile aprĂšs Ă  l'Ă©cole et dans la vie d'avoir d'accepter les limites.


Un homme.


Merci HĂ©loĂŻse.


Je t'en prie.


C'est agréable de discuter avec toi. Est ce que tu aimerais encore dire quelque chose ?


Euh. Euh. Non. Ben.


ParentalitĂ© au PrĂ©sent est un espace oĂč la parole se libĂšre et les cƓurs s'ouvrent. Rendez vous sur ParentalitĂ© au PrĂ©sent com et retrouvez vous dans un des nombreux Ă©pisodes disponibles. Restez en lien en rejoignant les AbonnĂ©s contributeurs et participer aux discussions mensuelles oĂč nous Ă©changeons autour des divers thĂšmes abordĂ©s avec mes invitĂ©s. Merci pour votre Ă©coute. Je me rĂ©jouis de vous retrouver la semaine prochaine pour.